Eugène Ebodé Prix Yambo Ouologuem 2012 à Conakry

Publié par : Athena •  article mise à jour : 8 juin 2012

Agenda

13 jui

Eugène Ebodé Prix Yambo Ouologuem 2012 à Conakry

Cérémonie de dédicace et lancement officielle du thème des 72 heures du Livre 2013 au CCFG.

Mercredi 13 juin 2012 17:00-19:30

Cet auteur camerounais sera à Conakry le 12 juin prochain sous l’invitation des Editions l’Harmattan Guinée qui pour lancer le thème de la prochaine édition des 72 heures du livre 2013 qui s’intitule :" En Guinée : le livre a sa place". Il profitera de sa présence en Guinée pour présenter ses oeuvres.

Eugène Ebodé est lauréat du Prix Yambo Ouologuem 2012.

Le prix Yambo Ouologuem est un prix littéraire malien, qui récompense une œuvre écrite en français d’un auteur du continent africain. Il est doté d’une récompense de 5 000 000 de francs CFA. Les auteurs doivent être ressortissants d’un pays africain et l’œuvre doit avoir été publiée chez un éditeur africain basé en Afrique. Il a été attribué pour la première fois en 2008.

Le prix porte le nom de l’écrivain malien Yambo Ouologuem, lauréat en 1968 du Prix Renaudot pour Le Devoir de violence.

Biographie de l’auteur :

Eugène Ébodé, né le 11 janvier 1962 à Douala au Cameroun, est un écrivain. Études secondaires au collège Libermann (établissement dirigé par les Jésuites) à Douala, au lycée classique de Bafoussam, au lycée bilingue de Yaoundé et en classe de terminale D au lycée Félix Eboué à Ndjamena, au Tchad.

Avant les épreuves du Bac, les troubles politiques récurrents reprennent dans l’ancienne Fort-Lamy, aujourd’hui Ndjamena. La guerre civile pousse donc le jeune Ébodé à retraverser le fleuve Chari sous une pluie de balles pour retrouver le "Pays des crevettes", ainsi qu’il aime à nommer son Cameroun natal.

Marqué par son errance "intra" africaine, il a le sentiment d’assister aux convulsions d’un monde qui n’arrête pas d’agoniser. Il envisage alors l’exil en Occident. La passion pour le football va reporter de deux ans ce projet d’autant qu’il est rapidement sélectionné chez les Lionceaux indomptables, l’équipe nationale junior de football. Il y connaîtra quelques mésaventures, refusera d’embarquer dans un avion militaire avec l’équipe de la Dynamo de Douala suite à son éviction de la liste des joueurs décidée par le sorcier du club, mise à l’écart qui n’empêchera ni la défaite ni l’élimination de son équipe en quarts de finale de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe face à l’Africasport d’Abidjan en 1982.

Quelques mois plus tard, les séquelles de cette élimination étant encore vives, il quitte le Cameroun pour la France où il reprend ses études tout en jouant dans un club de football amateur à Argenteuil. Après l’obtention du baccalauréat et une année à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il est admis au concours d’entrée de L’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Diplômé en 1988, il entre au CELSA (École des hautes études en sciences de l’information et de la communication) où il obtient un DESS en communication et relations publiques puis un Master 2 en science politique à l’université de Montpellier I.

Il commence son activité professionnelle en qualité de formateur au Centre national de la fonction publique territoriale avant de devenir, à Achères, directeur adjoint du service Jeunesse, puis directeur des affaires culturelles et enfin directeur de cabinet du maire.

Eugène Ébodé a aussi été, sous la direction et l’aimable invitation de l’écrivaine et journaliste Paula Jacques, chroniqueur littéraire de l’émission dominicale Cosmopolitaine, sur France Inter. Il tient depuis 2006 une chronique littéraire et francophone dans le journal suisse Le Courrier de Genève et collabore au nouveau et dynamique bimensuel genevois La Cité. Depuis septembre 2010 il anime Le Boudoir, une émission littéraire sur Radio Clapas, à Montpellier, la surdouée capitale de la région du Languedoc-Roussillon. Il réside actuellement à Montpellier et enseigne l’écriture journalistique dans le département de lettres modernes de l’université de Nîmes.