La diva Oumou Sangaré tire à boulets rouges sur les militaires : « Je suis déçue »

Publié par : Diané •  article mise à jour : 17 juillet 2012
Depuis le début de la crise malienne, on ne l’avait pas du tout entendue. Voici que la célèbre cantatrice du Mali, Oumou Sangaré, sort de sa réserve et exprime son désarroi face à la situation tragique que vit son pays.

Avant de s’envoler pour une tournée européenne, la chanteuse a voulu dire tout haut ce qu’elle pense de la classe politique, des islamistes et des militaires, dans une interview pour le moins tonitruante accordée à l’hebdomadaire Mali Hebdo.

Sa première cible d’attaque, ce sont les militaires, qui en prennent chacun pour son grade.

« Je suis déçue par les militaires maliens. Au moment où ça ne va pas dans un pays, tout le monde devrait se souder. Ils devraient consolider plus que jamais leurs rangs pour combattre l’ennemi. Ces moments ne sont pas des périodes de discorde au sein de l’armée. C’est elle qui aurait dû montrer le bon exemple. Mais si l’armée se trompe d’ennemi ça ne peut que conduire à des situations pareilles. Et l’ennemi qui est au nord en profite pour se donner à cœur joie, parce qu’il n’est pas inquiété. Quand il y a une fissure sur le mur, le margouillat pénètre. Nous ne devons pas accepter cela », tonne la chanteuse, fille de griots, originaire du Wassoulou dans le sud du fleuve Niger.

Celle qui est devenue une star au Mali, dès l’âge de 21 ans, a ensuite rapidement acquis une renommée internationale, grâce à ses chansons empreintes d’une forte critique sociale. Ce qui lui a valu de nombreuses distinctions, dont un Grammy Awards, en février 2011.

Oumou Sangaré veut ainsi profiter de cette notoriété et de sa tournée européenne pour pousser un cri d’alarme pour le Mali.

« Je vais lancer des messages pour la paix et pour mobiliser la communauté internationale. Nous avons besoin de l’aide de tout le monde, nous devons être assistés. Mais on ne peut être aidés qu’à la seule condition qu’on ne soit pas dispersés. Nous sommes dispersés aujourd’hui. C’est ce qui me fait le plus mal. C’est ce qui m’inquiète. »

Et la diva de revenir à la charge sur les militaires dont elle estime qu’ils s’entredéchirent sur de simples détails et que, pendant ce temps, aucune action concrète n’est menée pour libérer le nord du pays.

« Le choléra fait des victimes à Gao, les islamistes détruisent Tombouctou. Vraiment je suis blessée, comme si on m’avait poignardée, peut-on encore lire dans l’interview qu’elle a accordée à Mali Hebdo. Les enfants souffrent, les femmes sont violées, agressées et martyrisées. On détruit nos églises, nos mosquées, nos tombes et mausolées, on ne pourra jamais être sereins, tant qu’il y a cette situation. Il faut que cela cesse. »

Dans cette interview, la chanteuse Oumou Sangaré n’épargne pas non plus la classe politique malienne, coupable à ses yeux, d’inertie. Avant de partir en tournée, elle a composé une chanson qu’elle souhaite voir érigée en une sorte d’hymne à la paix et à l’unité. Mais, elle prévient encore

« Tant que le nord n’est pas libéré, tout le reste n’est que du verbiage.

Copyright : MEDIAGUINEE.COM